• Affichages : 959

Les unités

EC 1/11 ROUSSILLON EC 2/11 VOSGES
EC 3/11 JURA EC 3/11 CORSE
EC 4/11 JURA GERMaS 15/11
EALA 3/71 - EALA 21/72 EALA 16/72

 

   

ESCADRON DE CHASSE

01/011 ROUSSILLON

SON HISTORIQUE

Le 1er août 1952, sur la B.A de Reims, est crée l’escadron de chasse 01/011 "Roussillon" qui reprend les traditions et les insignes du Groupe de chasse III/6, dissous depuis le veille. Il forme le premier escadron de la 11° Demi brigade qui deviendra par la suite la 11° Escadre de chasse. Cette formation est commandée par le capitaine Collin, secondé par le capitaine Passemard.

A son retour d’Indochine, le personnel du III/6 se retrouve après un court congé de fin de campagne à Avord pour un stage VSV. En juin 1952, les pilotes font connaissance au C.T.F.84, stationné à Reims avec le pilotage des avions à réaction.

Le 5 décembre 1952, l’escadron s’installe sur la base de Larh (RFA) où il reçoit son complément de F-84G "Thunderjet". Son stationnement n’est que de courte durée, la base de Luxeuil étant maintenant opérationnelle, le 10 juin 1953, le "Roussillon" y arrive pour une période de 8 ans.

Sa mission principale durant cette époque est la participation à la défense aérienne de la zone du 1er C.A.Tac et à l’appui au sol de la 1ère Armée Française.
Rapidement opérationnel, le "Roussillon" est apte à assumer ses missions et à participer à tous les exercices et déploiements.

En juin 1956, l’escadron reçoit ses premiers F-84F "Thunderstreak" tant attendus. Cette même année, sous les ordres du capitaine Prévost, un détachement de pilotes et de mécaniciens opèrent depuis Chypre dans les opérations de Suez.
Entre 1956 et 1961, le personnel participe régulièrement au parrainage des EALA engagées dans le cadre du conflit algérien.
Mai 1958, l’unité est doté de F-100 "Super Sabre".

En juin 1961, l’escadron est transféré à Bremgarten (R.F.A.) où il se voit assigner les missions les plus importantes réservées aux chasseurs bombardiers.

En 1965, il acquiet la capacité nucléaire tactique dans le cadre de l’O.T.A.N. jusqu’au retrait de la France des structures militaires intégrées en 1967. L’escadron reprend alors ses missions traditionnelles.
Septembre 1967, il quitte la RFA pour rejoindre Toul Rosières (Meurthe et Moselle).
En 1969, l’escadron de chasse 1/11 participe au concourt AIRCENT, compétition qui oppose en tir air-sol des équipages américains, allemands, belges, canadiens, britanniques et français. Le 1/11 remporte les trois premières places au tir canons, la deuxième au tir roquettes et la deuxième place du classement général. L’équipe de l’escadron est constituée par les capitaines Letty, Reix, Robert, le lieutenant Meynier, les sous-lieutenants Barbereau, Veron, l’adjudant Grison et le sergent-chef Jeanne.
En 1971, dans le cadre de la Force d’intervention Outre mer des pilotes sont transformés au ravitaillement en vol.
En 1972, il est créé à Djibouti un escadron de chasse équipé de F-100. Le commandant Solanet quitte l’escadron pour mener à bien cette création. Le convoyage des premiers avions est effectué en fin d’année par des pilotes du 1/11.
Le 10 octobre 1975, après 81.746 h 25 au "Roussillon", le F-100 "Super Sabre" quitte définitivement l’escadron.

A partir de 1976, l’escadron s’équipe progressivement du chasseur d’appui tactique Franco-Britannique Jaguar. Les vols reprennent le 1er mars 1976 avec ses quatre premiers appareils en poursuivant l’entraînement dans le cadre de sa mission d’appui aérien et de défense à basse altitude.
Le 22 décembre 1977, le commandant Dumaz reçoit à Toulouse le 100° Jaguar monoplace sorti des chaînes de montage au cours d’un brillante cérémonie.

A partir de 1977, les personnels de l’escadron, en mission d’appui des forces extérieurs et dans le cadre des accords de défense ou de coopération passés entre le gouvernement français et ses homologues africains participent à plusieurs interventions en Mauritanie (Lamantin) et au Tchad (Tacaud). Ils assurent aussi de nombreux détachements en République Centre Africaine et au Tchad dans le cadre de l’opèration Manta depuis les terrains de Bangui et de N’Djamena.
Régulièrement, à partir de 1981, les personnels du 1/11 participent à l’exercice tactique inter alliés "Red Flag" aux USA sur la base de Nellis au Nevada.
Le 16 février 1986, l’opération Epervier débute par la neutralisation de la plate forme libyenne Ouadi Doum au nord du Tchad exécuté par 11 Jaguar et 11 pilotes de l’escadron que dirige le commandant De Tellier. Les avions étaient armés de BAP 100 ou de bombes de 250kg. Ils ont décollé de Bangui et effectué un raid de 1800Nm.
La coupe Comète 1989 est remportée par le 1/11. Les deux patrouilles de l’escadron étaient dirigées par les commandants Bournique et Pelissier.
A la suite de l’invasion du Koweït par l’Irak, le dispositif Daguet est déclenché. A partir du 17 janvier 1991 et jusqu’au 28 février 1991, les pilotes et les mécaniciens du 1/11 participent activement à l’opération "Tempête du Désert". Des missions de bombardement sont effectuées journellement tant sur le Koweït et sur l’Irak. La majorité des missions avec missiles ou bombes guidées laser, est effectuée avec succès par les pilotes de l’escadron.
L’opération "Balbuzard" débute le 26 janvier 1993. L’escadron part pour Solenzara où il est mis en alerte.
La restructuration des unités de chasse amène sa dissolution le 31 juillet 1994.

SON HÉRALDIQUE

Première escadrille

Deuxième escadrille

SES  COMMANDANTS

F-84G THUNDERJET

08/52 : CNE COLLIN
08/54 : CNE PASSEMARD

F-84F THUNDERSTREAK 02/56   :    CNE  PREVOST

F-100D/F

SUPER SABRE

00/57 : CNE RADISSON
00/60 : CNE GIMBERT
02/61 : CNE MAHLBERG
09/62 : CNE AZIMONT
00/65 : CNE FRAPIER
09/65 : CNE BOURILLET
09/67 : CNE THIERY
09/69 : CNE GOBERT
09/70 : CNE LETTY
09/72 : CNE SOLANET
09/74 : CNE COLIN
09/74 : CNE COURTEILLE

JAGUAR A/E

09/76 : CDT MENNESSIER
07/77 : CDT DUMAZ
09/79 : CDT GIRAUD
09/80 : CDT ALAUX
09/82 : CDT LOUVION
09/84 : CDT DE TELLIER
06/86 : CDT CARBON
09/87 : CDT DE SAXE
09/89 : CDT BOURNIQUE
09/90 : CDT PELLISIER
09/92 : CDT CASTEL

 

ESCADRON DE CHASSE
02/011 VOSGES

SON HISTORIQUE

Le 1er novembre 1952, à Reims, un deuxième escadron de chasse est créé au sein de la 11ème Demi brigade appelée à devenir par la suite la 11° Escadre de chasse.
Il prend la dénomination de escadron de chasse 02/011 "Vosges". Cette unité, composée de deux escadrilles, reprend les traditions des "SPA91" et "SPA97". Elle est commandée par le capitaine Dumoulin.

Le 5 décembre 1952, l’unité fait mouvement sur Lahr (RFA) avec ses F-84G "Thunderjet" Progressivement, l’escadron devient opérationnel. Exercices et campagnes de tir lui donnent toute sa vitalité.
Ce séjour n’est que de courte durée et en juin 1953, il déménage sur la BA de Luxeuil devenue opérationnelle.

 

En 1956 , le F-84G est remplacé par le F-84F "Thunderstreak". Entre 1956 et 1961, le personnel participe régulièrement au parrainage des EALA engagées dans le cadre du conflit algérien.
Dans le cadre de la défense de la zone de responsabilité du 1° CATac et de l’appui des 1° et 7° Armée US, le 2/11 participe à de nombreux exercices avec alerte en bout de piste prêt au décollage.
Mai 1958, l’unité est doté de F-100 "Super Sabre" qui remplace les F-84F. L’arrivée de ce nouvel avion modifie les missions de l’escadron. Aux missions de défense de la zone de responsabilité du 1° CATac, il doit également être en mesure d’effectuer de jour comme de nuit des reconnaissances et de saturation radar. Pour cela il maintient en alternance avec d’autres escadrons l’alerte H24 avec deux avions et leur équipage.
En juin 1961, la 11° Escadre de chasse fait mouvement sur Bremgarten (RFA). Le déménagement de l’escadron s’effectue en trois jours.
Année 1962, débute dans le cadre du passage à la capacité nucléaire tactique, a transformation des personnels pilotes et mécaniciens mêlant cours théoriques et pratique du vol (effets de l’arme, missions d’assaut par tous les temps de jour comme de nuit, qualification bombardement, …). En novembre, les pilotes reprennent l’entraînement LADD (Low Altitude Delivery Drog). Après un entraînement ardu, le 20 mai 1963 voit le 02/011 passer "Strike" au sein de l’O.T.A.N. Il devient le premier escadron français à remplir une mission de frappe nucléaire. Une alerte atomique est assurée H24 par le personnel de l’unité.
La France décide de quitter les structures intégrées militaires de l’OTAN en 1967. L’escadron perd sa mission nucléaire et reprend donc en mission principale l’assaut conventionnel.
Septembre 1967, la 11°Escadre de chasse quitte la RFA pour rejoindre Toul Rosières (Meurthe et Moselle). Le 13 septembre, les 6 premiers F-100 de l’unité se posent sur leur nouvelle base de stationnement.
Juin 1970, l’escadron participe, avec 6 avions et 6 pilotes au concours interalliés AIRCENT. Il remporte la coupe Walker réservée à l’attaque conventionnelle avec 586 points contre 540 à la 4° ATAF et 392 à la 2° ATAF. L’équipe gagnante se composait du commandant Deveaud, des capitaines Rannou et Gillet, du sous-lieutenant Mareschal, de l’adjudant-chef Leroux et de l’adjudant Grison.
L’escadron enchaîne les exercices nationaux et interalliés, les campagnes de tir, les convoyages de F-100 vers Djibouti et les exercices dans le cadre de la CAFI.

Au mois de juin 1976, les premiers pilotes de l’unité partent en transformation sur Jaguar. Le 3 novembre, l’EC 02/011 reçoit ses six premiers Jaguar. La 1° escadrille vole sur le nouvel avion tandis que la seconde finit son activité sur les derniers F-100 encore présents sur la BA136.

En mai 1977, le Lieutenant-colonel Richalet, commandant de la 11°EC, "leade" la dernière patrouille de F-100 qui fera un tour d’adieu en FATac.
Le dernier F-100 de métropole, le n° 736, aux couleurs du 1/11 "Roussillon" s’envole pour le Musée de l’Air et de l’Espace, tandis que le n°131, aux couleurs du 2/11 "Vosges" orne la stèle à l’entrée de la base aérienne 136 ( à la suite de la fermeture de celle ci, la stèle a été transférée sur la BA128 de Metz).
La fin de l’année 1977 est marqué pour la 11°EC et ses escadrons par le début d’une très longue période d’opérations extérieures.
L’année 1978, le 2/11 débute par un détachement à Dakar dans le cadre de l’opération Lamantin. Le 10 février, un détachement par pour N’Djamena au Tchad. Le 15, la ville est attaquée par des forces rebelles ; les avions et le personnel se replient sur Libreville. Pendant cet épisode tchadien, deux missions d’intervention réelles sont déclenchées sur Moussoro lors d’accrochages entre des éléments français qui y sont stationnés et les rebelles.
Au cours d’un séjour africain, l’unité teste avec succès le pod photographique RP 36P.
La mission principale de l’escadron est le brouillage électronique offensif au profit des forces. Pour cette mission, il est doté du BOZ et du BARAX.
Comme les autres escadrons de la "11", il participe régulièrement à l’exercice Red Flag aux USA.
A partir de 1987, le 2/11 assure la mission anti radar avec le missile AS37 "Martel" à la place de l’EC 3/3 "Ardennes" et concerve la vocation FAE de celui-ci.
Le 17 janvier 1991 marque un nouvel épisode glorieux pour l’unité; une patrouille de 12 Jaguar, dirigée par le commandant Mansion effectue la première mission française lors du déclenchement de l’opération "Tempête du Désert" en attaquant le terrain d’aviation Al Jaber au Koweït occupé par l'Irak. Au cours de cette mission executée en basse altitude, quatre avions furent touchés dont deux sévèrement qui durent se dérouter. Le capitaine Mahagne fut blessé au visage mais réussit à ramener son avion.
Au mois de janvier 1992, un détachement de l’unité rejoint pour une durée d’un mois le terrain de Rochambeau en Guyane française. La mission consiste à entraîner les contrôleurs de défense aérienne du centre de contrôle militaire de Kourou.
A partir du 30 août 1995, le 2/11 participent à l’opération aérienne "Deliberate Force" de l’OTAN sur la Serbie. Au cours de 650 sorties, les Jaguar détruisent des objectifs militaires d’infrastructure.

A la dissolution du 1/11, l’escadron passe à 20 avions, absorbant ainsi 10 pilotes et 60 mécaniciens. Une troisième escadrille est créée qui reprend les traditions de la "Comédie" ancienne deuxième escadrille du 1/11.
Le 21 mai 1996, le dernier vol est effectué.
Le 31 juillet 1996, l’EC 2/11 "Vosges" est dissous officiellement.

SON HÉRALDIQUE

Première escadrille

Deuxième escadrille

Deuxième insigne de l'escadron

SES  COMMANDANTS

F-84G

THUNDERJET

10/52 : CNE DUMOULIN

05/54 : CNE CHAUVET

F-84F THUNDERSTREAK

01/56 : CNE  DESJOBERT

F-100D/F

SUPER SABRE

09/58 : CNE MARCHAND
08/60 : CNE HUGUET
05/62 : CNE MARCOIN
10/63 : CNE BOICHOT
06/65 : CNE LACAU
05/66 : CNE GRAND'EURY
06/67 : CNE MONTITSKY
09/69 : CNE DEVEAUD
09/71 : CNE ALBERT-LEBRUN
09/73 : CNE COMBRIAT
09/74 : CNE POGNAT

JAGUAR A/E

09/76 : CDT SANCHEZ
07/78 : CDT PECCAVY
09/79 : CDT CARRASCO
09/81 : CDT AMARGER
09/83 : CDT MANDRILLE
09/85 : CDT MOLARD
08/87 : CDT FERRANDO
09/88 : CDT ANTOINE
09/90 : CDT MANSION
09/91 : CDT FAILLY
09/93 : CDT puis LCL BLANC

 

EC 3/11 JURA

SON HISTORIQUE

Cet escadron commence sa carrière à partir du 1er juin 1953. Il reprend les traditions des SPA158 "Serpentaire" et SPA161 "Sphinx" et est équipé de F-84G.

C'est sur le terrain de Lahr que s'effectuent les premiers vols. Le commandement en est assuré par le capitaine Chanliau alors que la 1ere escadrille SPA158 est commandée par le lieutenant Vaujour et la 2eme escadrille SPA161 est commandée par le lieutenant Dechelette.

Les missions dévolues à l'escadron de chasse 3/11 "JURA" sont :
- le combat aérien dans la zone de responsabilité du 1er C.A.Tac. ;
- l'appui au sol des troupes terrestres adaptées au 1er C.A.Tac. (7e armée US. - 1ere armée française) ;
- l'escorte des chasseurs porteurs de la bombe nucléaire dans un but de saturation de l'espace aérien.

De plus, l'escadron accueille les jeunes pilotes sortant des écoles américaines et de Meknes pour une période de vieillissement.

Dès le 1 juin, le 3/11 s'envole pour Luxeuil, qui sera sa base de stationnement définitive et il entre tout de suite dans sa phase active.

L'escadron de chasse 3/11 "JURA" commence à fournir des pilotes pour les opérations en Extrême-Orient.

Le capitaine Perrotte prend le commandement de l'escadron. Le Lieutenant Vaujour en est alors le commandant en second et le lieutenant Maffre lui succède à la tête de la 1ère escadrille, la SPA158.
Le lieutenant Chalvet succède au lieutenant Dechelette à la tête de la SPA161 le 1er novembre 1954.

Le mois d'août 1955 est marqué par une activité fébrile. Les premiers F-84F arrivent et après le "1/11" et le "2/11", c'est au tour du "3/11" d'être transformé sur cet avion bien plus performant. Aussi conférences et cours se succèdent à un rythme effréné.
C'est au capitaine Perrotte que revient l'honneur de poser le premier F-84F du "3/11" le 8 août 1956 .

Le début de l'année 1957 voit un changement dans le type de missions du 3/11 "JURA". Équipé d'un avion plus performant, il effectue davantage de missions d'interception.
C'est le 1er novembre 1957 que le 3/11 "JURA" termine sa carrière. Ses avions seront partagés entre la 4ème brigade aérienne (15 F-84F) et le "1/11" et le "2/11" qui se partageront les 10 avions restants le 12 novembre.

SES COMMANDANTS

01.06.53 au 03.08.54 CNE CHANLIAU
03.08.54 au 01.10.56 CNE PERROTTE
01.10.56 au 01.11.57 CNE RADISSON

ESCADRON DE CHASSE
03/011 CORSE

SON HISTORIQUE

Simultanément à la création de la 11ème Escadre à Reims, l'année 1952 voit la 1ère Escadre de chasse se former sur la base de Saint-Dizier.
Le premier escadron de cette unité est le 01/001 "Corse".
En octobre et novembre 1956, l'escadron nouvellement équipé de F-84F prend brillamment part à la campagne de Suez en détruisant 18 appareils sur le terrain de Louqsor.
De 1957 à 1962, avec son escadrille parrainée la "20/72" il participe aux opérations de maintien de l'ordre en Algérie.
Dissout le 28 février 1966 en même temps que la première escadre, le " Corse" renaît un mois plus tard (01/04/66) sous le nom d'escadron de chasse 03/011 sur la base aérienne de Bremgarten et est équipé de F-100 "Super Sabre".

Le 13 juin 1966, le 03/011 se déploie sur la base de Colmar. Il y reste jusqu'au 26/10/67 où il rejoint sur la plate-forme de Toul-Rosières les autres unités de la 11ème Escadre.
Grâce à sa fonction ravitaillement en vol l'avion F-100 permet au 03/011 de participer aux opérations de présence et d'intervention outre-mer.
C'est ainsi que de nombreuses capitales africaines (Dakar, Libreville, Djibouti, Lomé, Niamey) pourront dans les prochaines années admirer les cocardes de cette valeureuse unité.
L'année 1968 voit l'attribution au 03/011 des missions suivantes :
- Missions CAFI (composante air des forces d'interventions)
- Défense aérienne.
- Appui au profit de la 1ère Armée.
- Entraînement opérationnel des jeunes pilotes destinés aux escadres de Mirage III.
Les années suivantes se partagent entre les missions africaines et la routine française et ceci jusqu'au 5 janvier 1975 ou l'escadron après 37.580 heures de vol sur F-100, perd ses avions, Après plusieurs semaines d'E.M.I l'unité touche sa nouvelle monture (le 13 juin), quatre superbes Jaguar biplaces.
A dater de ce jour, l'escadron fait découvrir ses nouveaux appareils sur le territoire africain (opérations : Lamantin, Tacaud, Manta ...).
Le 03/011 comme ses frères de la 11ème après une participation aux différentes missions de l'armée française (Guerre du Golfe, Balbuzard, Crécerelle,...) voit le verdict de la restructuration de l'armée de l'Air se profiler à l'horizon, ainsi le 25 juin 1997 l'escadron fête dignement sa fin, avec nombre de ses grands anciens et un gros pincement au cour.
La date du 31 juillet 1997 est retenue par l'état major comme date officielle de dissolution.
A la date symbolique du "03/11", une cérémonie a lieu le 3 novembre 2008 à Djibouti où l'EC 3/11 "Corse" succède à l'EC 4/33 "Vexin".

Pour remplir sa mission, l'escadron dispose de sept Mirage 2000C et de trois Mirage 2000D. Les insignes des SPA88 et SPA69 sont désormais arborés sur des dérives de Mirage 2000.

Suite à cette réactivation, le numéro "11" est de retour sur le fuselage d'avions de combat de l'armée de l'Air.

Le 31 août 2011, les Mirage 2000C-RDI sont remplacés par des Mirage 2000-5F.

Les 70 ans de l'appellation "Corse" sont célébrés avec faste le 11 janvier 2014. A cette occasion, le Mirage 2000-5F n°57 188-ET reçoit une décoration spéciale.
Les trois photos suivantes ont été réalisées par l'Adjudant-chef Hervé Receveur de la BA188.

Les célèbres gueules de requin créées par le Capitaine Croci et le Sergent-chef Morel de l'EC 04/011 "Jura" renaissent également sur les Mirage 2000D et 2000-5F du "3/11".

Le premier juin 2016, le major général des armées, le Général d’armée aérienne Gratien Maire, a présidé la cérémonie officielle de retrait des 2000D du territoire djiboutien.
Une décoration spéciale rappelant les années de présence des "Muds" à Djibouti a été réalisée.
Les cinq photos suivantes ont été réalisées par J. Marcès de la BA188.

L’escadron, équipé de Mirage 2000-5F, se recentre désormais sur sa mission principale, la police du ciel dans l’espace aérien djiboutien.

SON HÉRALDIQUE

Première escadrille

Deuxième escadrille

Deuxième insigne de l'escadron

SES COMMANDANTS

F-100D/F SUPER SABRE

04/66 : CNE DREUX
04/67 : CNE ROUMILHAC
09/69 : CNE BRUNIER
08/70 : CDT RICHALET
09/72 : CDT BAHUON

JAGUAR A/E

08/74 : CDT SALMON
07/75 : CDT SAUVEBOIS
09/77 : CDT ARGELIER
09/78 : CDT DEHAEZE
09/80 : CDT AGAISSE
06/82 : CDT BOUDET
08/83 : CDT DURAND
07/85 : CDT MONCANY DE SAINT AIGNAN
08/87 : CDT VIGNON
07/88 : CDT POURBAIX
06/90 : CDT BRUNNER
08/91 : CDT ACCARD
07/93 : CDT DEMARS
09/93 : LCL BAWEJSKI

Mirage 2000C
Mirage 2000-5F
Mirage 2000D

2008-2009 : LCL BOITEAU
2009-2010 : LCL ROUGIER
2010-2011 : LCL GIRAUD
2011-2013 : CDT/LCL GROS
2013 : LCL LAURENS

 

ESCADRON DE CHASSE
04/011 JURA

SON HISTORIQUE

Période Djibouti


Créée le 1er janvier 1973, cette quatrième unité de la 11ème Escadre de chasse, est l'unique escadron de chasse d'outre-mer de l'armée de l'Air. Il est stationné sur la base aérienne 188 de Djibouti. Il succède à l'escadron d'avions d'appui EAA01/021 "Aurès-Nementcha" équipé de six appareils de fabrication américaine, des AD 4 "Skyraider".

Les particularités de cette nouvelle unité de la 11ème Escadre sont :

- Le lieu de stationnement, la base aérienne 188 de Djibouti

- Sa composition : - 8 pilotes affectés (pour deux ans)

- 2 pilotes détachés de la maison mère, relevés tous les 2 mois

- Un effectif mécanicien aussi nombreux qu'une unité à deux

- Escadrilles de métropole afin d'assurer la maintenance, du fait de l'éloignement de Toul-Rosières ( 6000 Km).

- Son parc aérien : - 7 F-100D et 1 F-100F.

A la naissance de l'escadron, l'effectif restreint en pilotes ne permet la composition que d'une seule escadrille : la SPA158 "Serpentaire".

Le nouvel escadron reprend les traditions du 03/011 "JURA" basé à Luxeuil. L'insigne de l'escadron est le même que pour l'escadrille.
Les missions dévolues au 04/011 sont l'appui des troupes au sol et la défense aéroportuaire. Les effectifs évoluant l'escadron passe à 10 pilotes permanents et 12 avions, et voit donc le 1er novembre 1975, la création d'une deuxième escadrille issue des traditions de la SPA161 "Sphinx".
Le cap des 10000 heures de vol approchant, le LTT Croci reprend l'idée de son commandant d'unité et dessine une gueule de requin sur le F-100D (156-YC), le S/C Morel se charge de la mise en peinture.

L'essai étant concluant, il est décidé de peindre les onze appareils de manière identique, un bidon photo est décoré d'un dessin, une tête de rapace, portée par les B-25J "Mitchell" du 498th Squadron de l'USAF en avril 1945. 

Le 22 novembre 1978, la relève de l'escadron arrive sur le Détachement Air 188 en la présence de quatre MirageIIIC du 3/10 "VEXIN", c'est ainsi que le "JURA" pour la seconde fois est dissous.

Période Bordeaux-Mérignac

L'histoire de cet escadron pourtant ne se termine pas en cette fin d'année 1978, car tel le phénix renaissant de ses cendres, sur la BA 136 de Toul-Rosières, le 12 décembre 1978 une nouvelle unité, équipée de Jaguar, baptisée EC 04/011 "Jura" reprend les traditions des SPA 158 et 161 et fait mouvement le lendemain vers sa nouvelle base d'affectation "Bordeaux-Mérignac".

Comme son homologue l'EC 03/011 dont il est le double (par la mission), le 04/011 assure pour les ailes françaises les missions en Afrique dans le cadre de la force d'action extérieure (F.A.E).

En novembre 1980, il part sur alerte à Libreville depuis Mérignac et met en place l'opération Murène, lors de prise de N'Djamena par les Libyens et leurs alliés du FROLINAT.

En août 1983, il rejoint sur alerte N'Djamena pour assurer dans des conditions difficiles, les premières missions de l'opération Manta, à la suite d'une nouvelle tentative de descente du FROLINAT et des Libyens vers N'Djamena.

C'est au cours de l'une de ses nombreuses missions au Tchad (opération Manta), que l'escadron perd l'un de ses meilleurs pilotes, le capitaine Croci (chef des opérations de l'unité), le 25 janvier 1984 dans la région de Toro Doum.
La vocation pour les opérations extérieures se terminera pour son personnel et ses avions par une dernière mission, l'opération "Daguet" plus connue sous le nom de "Guerre du Golfe".

Le retour en métropole annonce les derniers mois de vie à Mérignac de cette unité de la 11ème Escadre de chasse, la nouvelle restructuration de l'armée de l'Air faisant son oeuvre, le 3 juin 1992, le "Jura" est dissous pour la 3ème fois.

SON HÉRALDIQUE

Première escadrille


Deuxième escadrille

SES COMMANDANTS

F-100D/F SUPER SABRE

01/73 : CDT SOLANET
08/74 : CDT DE SEZE
07/76 : CDT SALMON
06/76 : CDT BRIE

JAGUAR A/E

12/78 : CDT ARGELIER
08/80 : CDT GUEVEL
09/82 : CDT TESTAUD
09/83 : CDT MARTY
07/84 : CDT KOMAJDA
08/85 : CDT MAIGNE
07/87 : CDT THIBAUT
1989 : CDT DUTARTRE
1990 : CDT FRESRO
1991 : CDT MARTINEZ

 

ESCADRON DE MAINTENANCE
GERMaS 15/011

SON HISTORIQUE

Chargé du suivi technique des appareils de type F-100 la nouvelle unité, le GERMaS 15/011, groupe de maintenance et réparation des matériels spécialisés, prend la relève le 01/07/1964 du Groupe de Maintenance qui regroupait les unités que nous connaissons sous les appellations GERMaS, GERMaC et ERT.
Les deux derniers commandant d'unité ont été le commandant Leboube et le commandant Gaillac placés sous l'autorité du chef des Moyens Techniques.

Du 01/07/1964 au 01/07/1967 environ cette nouvelle unité, assure le deuxième échelon de la maintenance des F-100 "Super Sabre" français appartenant à la 3ème et la 11ème Escadre de chasse.

De part son rattachement à la 11ème Escadre le 01/03/1973, l'unité change d'appellation pour devenir le G.E.R.Ma.S 15/011.

L'année 1977 voit les dernières maintenances F-100 et parallèlement la transformation sur le nouvel appareil de la 11ème le Jaguar.

Pour mener à bien cette mission, le GERMaS dispose à cette époque d'un effectif de 250 personnes s'articulant en 4 grandes divisions :

- Commandement (administration, contrôle technique, planification et logistique).
- Avion (cellule, moteur, hydraulique, et chaudronnerie).
- Système de navigation et d'armement (S.N.A.) (radio/ radar, navigation et tir, photo, laser).
- Équipement (bord, commandes de vol, sécurité, conditionnement et servitudes).


SON HÉRALDIQUE

SES  COMMANDANTS

F-100D/F SUPER SABRE

10/67 : CNE BOMPART
11/68 : CDT NABERE
06/71 : CDT MIOCHE
03/73 : CDT BOURGEOIS

JAGUAR A/E

09/75 : CDT DEYCARD
09/78 : CDT ABILY
08/80 : CDT MOTHES
09/81 : CDT JANVIER
09/83 : CDT GIMENEZ
09/85 : CDT JULLIEN
09/87 : CDT CHRISSEMANT
09/89 : CDT TURCHET
09/91 : CDT JEAGER
09/93 : CDT BORNIER
09/95 : CDT CESAR

 

ESCADRILLE D'AVIATION LÉGÈRE D'APPUI 3/71
-
ESCADRILLE D'AVIATION LÉGÈRE D'APPUI 21/72

SON HISTORIQUE

Création le 1er juin 1956 - Dissolution le 1er septembre 1961 - Devient EALA 21/72 après sa transformation sur T-6 en juillet 1957.

SON  HÉRALDIQUE

SES  COMMANDANTS

CDT d'unité Stationnement Détachements Avion Hdv guerre Perso. Ded*
LTT Marchandise La Reghaïa Aflou SIPA

plus de
4200 H

ASP Genin 22.11.57
CNE Fieux Djelba Djebel Massad     SGR Malprade 23.11.57
CNE Maffre Orléansville Laghouat T-6G 22050 H LTT Gies 25.01.59
LTT Lebourg         LTT Tréhiou 10.10.59
CNE Huguet          
CNE Roger          
CNE George          

 * Les pertes ont été relevées à partir des comptes rendus mensuels de situation et d'activité aérienne. Pour ces deux unités, on relève de nombreuses mentions d'hospitalisation et d'évacuation vers la métropole, sans faire mention de causes directement liées aux opérations. Les comptes rendus ne font que signaler le départ de l'évacué dont elles ne connaissent pas le sort en métropole.

ESCADRILLE D'AVIATION LÉGÈRE D'APPUI 16/72

SON HISTORIQUE

Création le 1er décembre 1956 - Dissolution en avril 1961 - A partir d'août 1958, le commandement de l'escadrille est assuré par un pilote de la 33°ER.

SON  HÉRALDIQUE

SES  COMMANDANTS

CDT d'unité Stationnement Détachements Avion Hdv guerre Perso. Ded*
Venant de la 11 Biskra Khenchela     SGC Rivayan 29.03.59
LTT Lebras Khenchela Constatantine   9660 H  (pilote du 2/11)
CNE Gimbert   Guemar el Oued     CAL Jemetz 29.03.59
     Tougigourt      
     Batna  T-6G    LTT Thomazo 21.04.59
Venant de la 33  Batna Setif      (blessé en ops)
CNE Arnaud    Bou Saada      
LTT Perret M'Sila Khanga Sidi Nadji   16120 H SGT Pineau 30.06.59
LTT Debièvre         CAL Reveillard 30.03.59
LTT Barcarolli         SLT Morin 14.05.60

 * Les pertes ont été relevées à partir des comptes rendus mensuels de situation et d'activité aérienne. Pour ces deux unités, on relève de nombreuses mentions d'hospitalisation et d'évacuation vers la métropole, sans faire mention de causes directement liées aux opérations. Les comptes rendus ne font que signaler le départ de l'évacué dont elles ne connaissent pas le sort en métropole. 

Retour en haut